J’AI TESTÉ… Le Buerehiesel à Strasbourg

Autant nous aimons, mon amoureux et moi, tous les deux cuisiner et nous surprendre mutuellement à l’heure du dîner, autant nous adorons découvrir de nouvelles tables et tester de beaux restaurants. Forcément, en devenant parents, nous savions qu’il allait falloir revoir le nombre de nos sorties à la baisse… Nous avons donc décidé de troquer la quantité contre la qualité en allant tester les adresses gastronomiques des alentours… sans pour autant laisser totalement tomber la pizzeria du coin attention ;-)

Pour notre première virée gastro, direction Strasbourg, mon second chez moi, au restaurant étoilé le Buerehiesel.

Niché au coeur du parc de l’Orangerie, dans un très bel écrin de verdure, le restaurant est installé au sein d’une maison à colombage typiquement alsacienne. Pour la petite histoire, on apprendra que cette vieille ferme alsacienne construite en 1607 a été directement amenée dans le parc, pièce par pièce depuis Molsheim, pour l’Exposition industrielle internationale de 1895 dont elle est le dernier vestige. 


En 1969, le chef alsacien Antoine Westermann, séduit par le charme du lieu, achète le Buerehiesel à tout juste 23 ans et le transforme en un restaurant rapidement considéré comme l’un des plus savoureux de la région et des plus prestigieux de France. 3 étoiles viennent récompenser son travail. Depuis 2006, son fils, Eric Westermann, 1 étoile, a repris les rênes de l’établissement où il officie à son tour en cuisine.

Sous un ciel magnifiquement bleu, nous sillonnons les allées du parc, contournons l’étang et ses barques bucoliques pour s’installer sous la grande verrière du restaurant, au coeur de la nature, entourés de sapins géants et d’arbres centenaires. L’endroit invite à la détente…
Le déjeuner commence avec une coupe de crémant alsacien et un quatuor de mises en bouche plus délicieuses les unes que les autres. Cromesquis, soufflé, gelée, macaron… moules, champignons, foie gras, porto… Les textures et les saveurs se mélangent pour éveiller nos sens : la mise en bouche remplie sa mission et quand on sait que ça ne fait que commencer… forcément on se réjouit.

Tourteau effiloché au citron vert, quinoa et légumes croquants, fine gelée de crustacés aux agrumes

J’étais très impatiente de goûter tout cela, l’appellation ayant vraiment piqué ma curiosité. Comment un chef étoilé allait-il cuisiner le quinoa ? Comment le tourteau allait-il se marier à tout ça, lui qui me déçoit toujours un peu sur les plateaux de fruits de mer…? Je n’ai vraiment pas été déçue. Rien qu’au visuel, waou… ma fourchette ne rêvait que de venir découvrir ce qui se cachait sous cette jolie gelée. En bouche, un festival de saveurs fraîches et citronnées. Evidemment, l’équilibre était parfait et le vin blanc sélectionné pour l’occasion par le sommelier n’a fait que magnifier ce plat… Ne jamais oublier l’importance des accords mets-vins… j’en reparlerai prochainement dans un article dédié !

Omble chevalier de l’Isère cuit à la salamandre,  couege spaghetti et fleur de courgette farcie, beurre blanc au citron


OK je vais être franche avec vous, si j’avais été chez moi, je ne me serai pas gênée pour lécher l’assiette rien que pour la sauce beurre blanc… Dans cette assiette, tout n’est que délicatesse. Un poisson cuit à la perfection, la fleur de courgette subtilement travaillée… un très beau plat encore une fois accompagné d’une très bonne cuvée, bravo au sommelier.

Cannette de Barbarie « Mieral », suprême aux épices, cuisse en tempura, jeu de betteraves du potager de Marthe

Depuis le temps que je n’avais pas mangé de canard, j’ai été ravie. Travaillée sous différente texture, la canette avait la cuisson parfaite… et le jus de betterave qui l’accompagnait venait réhausser sa saveur. Un sans faute accompagné d’un vin rouge de Bordeaux, surtout au niveau de la présentation particulièrement réussie.

Autour du chocolat…


Du chocolat ou plutôt des chocolats, travaillés en mousse, en crème, en crumble, en sablé, en ganache… Un délice pour les amateurs de chocolat et la découverte de nouvelles saveurs  variant selon les textures, une vraie expérience en un mot !

Nous avons terminé notre déjeuner autour d’un thé accompagné encore une fois de mille et unes bonnes choses. Orangettes, truffes, tuiles à la cannelle… Les réjouissances étaient sans fin et c’est tout sourire que nous sommes ressortis du Buerehiesel.

On retiendra également le chariot à fromages que nous avons aperçu à une table voisine, à tester une prochaine fois, les petites alcoves intimes au sein de la salle, parfaites pour un repas très très romantique, ainsi que le service jeune,  discret, ni pompeux, ni guindé, et tant mieux. Bref, une très belle adresse que je vous recommande de tester si vous êtes de passage à Strasbourg. Une chose de plus à ajouter à ma liste des choses à faire à Strasbourg…

 

Crumble poire et chocolat

Deux faits incontestables concernant cette recette : le mariage poire-chocolat est un inconditionnel auquel personne ne peut résister et le crumble est décidément LA recette à faire en automne pour se réchauffer en douceur et avec gourmandise. Seul bémol, le crumble est difficile à joliment photographier… surtout quand on a qu’une envie, y plonger copieusement avec la cuillère… vite avant que bébé ne se réveille en criant famine à son tour. D’ailleurs, vous l’avez sans doute remarqué, en ce moment j’ai un peu de mal à alimenter le blog ET mon tout petit garçon à la fois – coucou mes lecteurs qui me réclament de nouvelles recettes ;-) (en vrai ça me fait super plaisir !!)… Pardonnez donc mes irrégularités mais comme me l’a dit une sage-femme à la maternité, « quand on devient parent, on fait ce qu’on peut, du mieux qu’on peut ». J’ai fait mienne cette formule que je trouve après réflexion très déculpabilisante et vais faire de mon mieux pour continuer à vous servir de belles choses ici. Au fait, si ce n’est déjà fait, je vous invite à vous abonner à ma newsletter sur la droite de l’écran (ou tout en bas sur les portables) et à me suivre sur Instagram et/ou Facebook histoire de ne rien manquer ! Sur ce, bonne dégustation…

Ingrédients

pour 2-4 pers.

6 poires

100 g de chocolat noir

80 g de sucre roux

80 g de beurre

150 g de farine

Et maintenant ? Préchauffez votre four à 180*C. Epluchez et coupez vos poires en petits morceaux. Disposez-les dans un moule à gratin  et mélangez avec le chocolat concassé en pépites.

Réalisez la pâte à crumble en mélangeant le beurre préalablement fondu, la farine et le sucre. Emiettez la pâte sur vos poires et enfournez pour 35 minutes.

Ma sauce Bolognaise pour spaghetti

C’est un grand classique que je vous propose aujourd’hui sur le blog, en partenariat avec Auchan Luxembourg! Les spaghetti bolognaise, franchement, qui n’aime pas ça ?? Je fais régulièrement une grosse casserole de sauce dont je congèle une partie pour en avoir toujours à disposition. Aujourd’hui, je vous dévoile ma recette maison et comme j’ai l’impression, quand j’en parle avec les gens, qu’il existe à peu près autant de recettes de bolognaise que de cuisiniers, je serai curieuse de connaître votre recette perso et/ou vos trucs en plus pour réaliser la vôtre… J’attends vos commentaires !

Ingrédients

(offerts par Auchan Drive Luxembourg)

Faites vos courses via ma boutique en ligne sur Auchan Drive Luxembourg

400 g de boeuf hâché
400 g de porc hâché
1,5 L de coulis de tomates
500 g de tomates concassées
25 cl de lait
2 oignons
2 gousses d’ail
25 cl de vin blanc ou rouge
3 carottes
2 branches de celeri
basilic
sel poivre huile d’olive
spaghetti

Et maintenant? Dans de l’huile d’olive, faites revenir vos oignons et votre ail, puis vos carottes et votre céleri coupés en petits morceaux. Ajoutez la viande et saisissez-la quelques minutes. Versez le lait et laissez cuire en remuant jusqu’à ce qu’il soit complètement évaporé.

Ajoutez ensuite le vin et procédez de même.

Terminez avec les tomates concassés, le coulis de tomate et les feuilles de basilic puis laisset mijoter au moins 2 heures en remuant régulièrement. N’oubliez pas d’assaisonner et de cuire vos spaghetti al dente pour vous régaler !

Bon appétit !

Balade à la Schueberfouer, la fête foraine du #LUXEMBOURG

C’est un peu sur un coup de tête que j’ai eu envie de vous faire cet article « ambiance », consacré à une des choses que j’adore au Luxembourg : la Schueberfouer, autrement dit la grande fête foraine qui se tient chaque année, fin août, au centre-ville de la capitale. J’ai de plus en plus envie de vous parler du pays dans lequel je vis depuis 5 ans et qui est bien souvent trop peu connu ou noyé sous les clichés… Du coup je me suis dit que cette fête foraine, l’une des plus réputée en Europe, si typique et si chouette, était l’occasion idéale de lancer une petite série d’articles dédiés au Luxembourg.

La Schueberfouer a été fondée en 1340 par Jean l’Aveugle, cette année, la Fouer fête donc sa 677e édition ! Pendant pratiquement 450 ans, jusqu’à la Révolution française, la « Schueberfouer » était seulement un grand marché, auquel se joignit unétait rattaché un marché de bétail, baptisé « Marché de la Saint-Barthélémy ». Située longtemps sur une des plus importantes routes du commerce européen, la « Schueberfouer » avait une grande importance économique. On y vendait des tissus, de la porcelaine et toutes sortes de marchandises…

Au 18e siècle, la « Fouer » commence à se transformer au fur et à mesure en foire d’amusement. On y organise alors des concerts, on y danse, on y pratique des jeux d’adresse… et on y mange ! Aujourd’hui, c’est vraiment devenu le rendez-vous incontournable des Luxembourgeois, qui s’y rejoignent en famille ou entre amis. On y fait la fête jusqu’au bout de la nuit, dans des restaurants où se jouent des concerts, des bars populaires, des buvettes extérieures…

Personnellement, j’adore les ambiances de fête foraine… et à la Schueberfouer, évidemment, je suis servie. Des manèges en tout genre, pour les petits et les grands, pour les courageux et les moins audacieux, pour les prêts à se mouiller et les prêts à frissonner… Mais aussi des étals de marchands qui vendent un peu de tout dans la très fréquentée allée Scheffer et surtout, des stands de gourmandises salées et sucrées.

Impossible de ne pas goûter le traditionnel poisson frit, le « gebakene Fësch » en luxembourgeois, ou les croustillantes galettes de pomme de terre « Gromperekichelcher ». Grillades en tout genre, saucisses du pays comme la Mettwurst, choucroute ou Kniddelen luxembourgeoises ( recette ICI)… difficile de se décider !

Pour le dessert, hormis les traditionnelles sucreries ou barbes à papa, je craque personnellement pour les fruits frais enrobés de chocolat, les gaufres à la chantilly et aux fraises de Jean la Gaufre – personnage incontournable de la Fouer, en photo ci-dessus – les churros ou les poffertjes, des mini pancakes délicieux. Bref, il n’y a que l’embarras du choix pour les gourmands !

A l’heure où vous lirez cet article, la Schueberfouer sera sûrement en train de doucement plier bagage – elle ferme le 11 septembre… mais elle revient bien sûr l’année prochaine. L’occasion peut-être pour vous de venir faire un tour au Luxembourg si vous ne connaissez pas encore ce pays ? Pour rappel, en TGV, c’est à seulement 2h de Paris !

Et vous, êtes-vous adepte des fêtes foraines ? Connaissez-vous celle de Luxembourg ? J’attends vos commentaires ;-)

 

Tarte aux framboises

Après un petit temps d’absence, me voilà de retour sur Cookerei… en douceur bien sûr, car je sens qu’avec mon tout petit bébé d’à peine 1 mois même pas, ça ne va pas être du gâteau de joliment cuisiner, prendre le temps de photographier mes recettes, retravailler tout ça puis rédiger les articles… Mais on va y aller tout doux, mot d’ordre que j’applique à ma rentrée 2017 ! Et de votre côté, elle ressemble à quoi votre rentrée ? Racontez-moi !

Je me replonge donc dans le blogging avec cette tarte à la framboise, inspirée de celle de Cyril Lignac (dont j’ai simplifié et raccourci la recette). En plus de la trouver personnellement super jolie, je dois avouer que j’aurais presque pu la manger en entier tant elle est bonne. Un goûter gourmand et assez léger que je vous recommande vivement !

Ingrédients

500 g de framboises

Un peu de sucre glace

Pour la pâte sucrée

200g de farine

100 g de beurre

1 oeuf

40 g de sucre

2 g de sel

Pour la crème mascarpone à la framboise

100g de mascarpone

200g de crème liquide

55g de sucre

35g de purée de framboises ou coulis

Pour la gelée de framboises

100 g de coulis

50 g de sucre à confiture

Et maintenant ?

– Pour la pâte sucrée : mélangez tous les ingrédients dans un saladier jusqu’à obtenir une boule de pâte. Laissez reposer au frigo pendant 30 minutes. Abaissez votre pâte sur un plan de travail fariné puis cerclez votre moule beurré. Placez un emporte-pièce rond au centre pour réaliser le trou du milieu et entourez-le d’une bande de pâte. Piquez le fond de la pâte à la fourchette pour ne pas qu’elle gonfle lors de la cuisson. Remettre au frais 10 minutes puis enfournez 20 minutes dans un four à 170°C. Sortez votre fond de tarte du four, laissez refroidir puis démoulez.

– Pour la crème mascarpone : mélangez le mascarpone et la purée de framboises. Ajoutez le sucre au mélange précédent puis ncorporez la crème liquide et fouettez pour obtenir une chantilly. Etalez la crème sur la pâte.

– Pour la gelée : faites chauffer le coulis avec le sucre quelques minutes comme pour une confiture. Laissez refroidir dans une poche à douille.

Dressez votre gâteau en plaçant toutes les framboises sur la crème. Les garnir d’un peu de gelée puis saupoudrez le tout d’un peu de sucre glace. C’est prêt !

Bonne rentrée à tous !

BÉBÉ est né ♡ Gâteau Body, crème Straciatella

Je poste cet article un peu tard dans la journée, bien plus tard que d’habitude, mais force est de constater que depuis une semaine, je ne vois plus les heures passées. Mon petit bébé, notre petit garçon à mon amoureux et moi, est né mardi dernier. Depuis, le temps défile à une vitesse folle. Entre l’apprentissage de notre tout nouveau rôle de parents, les longues minutes que l’on passe à le regarder dormir, à observer ses mimiques, ses mini pieds, ses jolies mains… La vie semble un peu s’être arrêtée autour de nous et on est là, à 3 désormais dans notre cocon douillet. C’est trop beau, c’est parfois littéralement incroyable de se dire qu’on a créé ce petit être… Un vrai chamboulement toutes ces émotions qui arrivent d’un coup, comme ça, sans qu’on ait pu s’imaginer un jour pouvoir réellement ressentir tant d’amour… à en donner le vertige. J’aimerais mettre encore tant de mots sur tout ça tellement c’est beau. Mais pour l’instant, je n’ai fait qu’un gâteau.

Un gâteau en forme de body, un gâteau tout moelleux et tout crémeux, aussi doux qu’un bébé… Une recette que l’on peut réaliser pour annoncer une naissance ou lors d’une baby shower par exemple !

Ingrédients

Pour la génoise

4 œufs
125 g de sucre
125 g de farine
1/2 sachet de levure

Pour la crème straciatella

50 cl de crème fraîche liquide
250 g de mascarpone
3 c. à soupe de sucre glace
100 g de pépites de chocolat

Et maintenant ? Préchauffez le four à 180°C. Pesez tous vos ingrédients au préalable et mélangez la levure à la farine. Puis séparez les blancs des jaunes d’oeufs et montez les blancs en neige avec une pincée de sel. Lorsqu’ils sont devenus très fermes, ajoutez le sucre et battez encore.Puis baissez la vitesse de votre robot et ajoutez d’un coup les 4 jaunes, suivis de la farine et de la levure en pluie. Versez votre appareil dans votre moule préalablement beurré et enfournez immédiatement pour 20 minutes.

Une fois la génoise réalisée, laissez-la refroidir puis découpez votre forme de body.

Passez maintenant à la crème straciatella. Mélangez au fouet le mascarpone avec la crème et le sucre glace comme pour monter une chantilly. Réservez la moitié de votre crème et ajoutez les pépites de chocolat à l’autre moitié.

Pour le montage, découpez votre génoise dans la largeur en 2 ou 3 couches. Tartinez-les de crème straciatella.

Recouvrez ensuite votre gâteau de chantilly nature et dessinez les contours du body à l’aide d’une poche à douille.

Décorez votre gâteau body avec des décorations colorées en sucre ou en écrivant le prénom de votre bébé à la poche à douille par exemple (j’ai ajouté pour ma part un peu de colorant jaune à la chantilly pour colorer l’écriture).

Conservez au frais pendant 2h au moins avant de déguster.

Eau de pastèque

Après l’eau de coco, place à l’eau de pastèque ! On ne le répètera jamais assez, mais en été, il faut s’hydrater… et moi, l’eau, ça me lasse rapidement. J’ai récemment entendu parler de l’eau de pastèque, très en vogue dans l’univers food et dont Beyoncé ne peut apparemment plus se passer ;-) Histoire de changer des morceaux de fraises, framboises ou citron que l’on peut glisser dans sa carafe, j’ai donc voulu tester l’eau à la pastèque. Une alternative plutôt agréable, le léger goût de la pastèque aromatise juste comme il faut la boisson, lui apportant une vraie saveur estivale. Bonus, la pastèque, en plus de désaltérer, contient pleine de bonnes choses pour la santé – vitamines, antioxydants et j’en passe… Alors on en use et en abuse surtout que c’est super bon !

Ingrédients

pour une carafe

1/4 de pastèque

0,5 L d’eau

morceaux de pastèque

glaçons

Et maintenant? Découpez votre morceau de pastèque pour n’en garder que la chair. Mixez-la avec l’eau dans un blender et versez le tout dans une carafe, à travers une petite passoire histoire de retirer les petits éclats de pépins. Ajoutez quelques morceaux de pastèques avec peau et chair dans la carafe ainsi que des glaçons. Servez bien frais !

Confiture pêches et abricots

Pour des matins tout en douceur, j’ai choisi cet été de faire une confiture maison qui mêle la légère acidité de l’abricot au velouté de la pêche. Pour une fois, grâce à mon congé maternité, j’ai eu pas mal de temps devant moi pour faire toutes les choses qu’on n’a pas forcément le temps de faire quand on travaille et les confitures ou les préparations en bocaux en font parties. J’ai donc refait mon stock de pots à la fraise – la recette est ICI – et innové en tenant ce mélange estival de fruits jaunes. Il faut dire que j’adore la pêche autant que l’abricot, que ce soit en fruits crus, en jus, en gâteau… Et pour le coup, je suis vraiment ravie du résultat qui est délicieux ! Sur une brioche, sur de la baguette ou sur une crêpe, mmh je vous recommande vivement cette recette !

Ingrédients

pour une dizaine de bocaux

1,5 kg d’abricots

1,5 kg de pêches jaunes

1,4 kg de sucre à confiture

Et maintenant? Epluchez les pêches et coupez-les en morceaux. Puis faites de même avec les abrictos, pour lesquels vous pouvez par contre laisser la peau. Mélangez les 2 fruits dans un grand saladier avec le sucre. J’ai laissé macérer ça pendant 3 heures mais cette étape n’est pas obligatoire.

Faites cuire ensuite la préparation comme indiqué sur l’emballage du sucre. Pour ma part, j’ai laissé cuire jusqu’à ébullition puis pendant 5-6 minutes, en écumant fréquemment (c’est-à-dire en enlevant la petite mousse qui se forme à la surface de la confiture). Pour vérifier que votre confiture est bien prise, versez-en un peu sur une assiette froide : si la confiture est figée alors elle est prête ! Sinon, laissez-la mijoter encore un peu.

Versez ensuite votre confiture dans des bocaux stérilisés: Fermez-les avant de les retourner et de les laisser refroidir.

 

Mes coups de FOOD #1

J’inaugure ici une nouvelle rubrique, baptisée « Coup de food » ! Il se trouve que ça fait quelques temps que j’ai envie de partager ici, avec vous, mes coups de cœur du moment côté cuisine, cocktails, gourmandises, bonnes adresses… Bref, toutes ces petites choses à boire, à manger ou à tester que j’ai découvert et que j’ai aimé, histoire de vous les faire découvrir et pourquoi pas d’aiguiser votre curiosité… et votre appétit ! N’hésitez pas à me donner vous-même vos « coups de food » du moment en commentaire, je suis aussi gourmande que curieuse, sachez-le;-)


À manger


♥ La pâte à tartiner Côte d’Or

Une pâte à tartiner au chocolat noir que je vous recommande d’utiliser plutôt comme pot de chocolat à napper… Je l’utilise sur mes crèpes, mes coupes de glace, mes salades de fruits… bref dès que j’ai envie de chocolat ! Un vrai goût intense qui ravira les gourmands.

♥ Les pots de Magnum

Gros gros crush de l’été ! La mythique glace Magnum réalise mon rêve et se décline en pot… rempli de couches de chocolat. Si vous aussi vous trouviez que les bâtonnets Magnum manquaient de chocolat alors là vous serez servi. Le plus dur ? Attendre dix minutes le temps que le chocolat qui recouvre la surface du pot se réchauffe un peu avant de l’attaquer à la cuillère…

Les chocolats belges Planete Chocolat

Je vous parle beaucoup chocolat mais que voulez-vous, je suis enceinte et visiblement, bébé adore… :-) Planete Chocolat est une marque belge qui propose un service de livraison au Luxembourg, en France et ailleurs, gratuitement, en 24h et dans un emballage parfait, de délicieux chocolats aux saveurs variées. Planete Chocolat m’a offert l’opportunité de tester leur service et rien à dire, c’est top. J’ai craqué pour une boîte de chocolats en coeurs trop mignonne mais il y a plein de choix sur leur site, je vous invite à aller y faire un tour.


À boire…


Evian et ses eaux aromatisées

En été, il ne faut pas oublier de s’hydrater… on ne le répètera jamais assez ! Moi qui ne suis généralement pas trop adepte des eaux aromatisées du commerce, j’ai été agréablement surprise par la nouvelle gamme Evian, ni trop sucrée, ni écoeurante… Au contraire, je trouve les saveurs très douces et intéressantes. Coup de coeur pour la bouteille citron et fleurs de sureau… parfaite avec plein de glaçons en pleine canicule.

 Le thé glacé White Tea de The Berry Company

Là encore une chouette découverte beaucoup moins sucrée et bien plus désaltérante que la plupart des thés glacés bien connus du commerce : celui-ci est arômatisé au thé blanc et à la pêche et ne contient aucun additif, colorant, conservateur…


Une adresse


♥  Glacier Bargello à Luxembourg

 

Une bonne adresse locale à tester si ce n’est déjà fait au Luxembourg, quartier Gare : le glacier italien Bargello, inconditionnellement le meilleur du pays. The place to be cet été pour manger un cornetto de sorbet ou de crème glacée maison aux arômes naturels.


Une lecture


Psycho magazine « Manger mieux »

Un hors-série super intéressant consacré à l’alimentation qui revient sur toutes les polémiques et pratiques actuelles en la matière. L’occasion de faire le point quand, à force de tout lire et de tout entendre sur le gluten, le véganisme, le bio, les pesticides et j’en passe, on ne sait finalement plus vraiment comment bien se nourrir.